Aller au contenu


Wolf

Inscrit(e) (le) 02 Oct 2010
Déconnecté Dernière activité Feb 28 2020 19:18
*****

Messages que j'ai postés

Dans le sujet : Les Rpg Finis

17 December 2019 à 18:13

En effet, la version PS1 reprenait cette mode du mélange de T-RPG et de tour par tour. Mais ils y ont renoncé dès le second épisode : même si ça rend le tout plus original, ça apporte plus de contraintes que de possibilités.

Au final, la version PS1 a ce gameplay un poil plus exigeant, mais la version DS a les mini-maps affichées ; ça n'a l'air de rien, mais ça doit sérieusement éviter de devenir fou furieux à errer dans des salles identiques sans repères ni épreuves.

Dans le sujet : Les Rpg Finis

14 December 2019 à 21:04

Terminé Rhapsody : A Musical Adventure sur DS en 10h.

L'histoire est celle de Cornet, jeune fille rêveuse qui peut parler aux marionnettes. Elle possède également une trompette qui peut leur donner vie. En compagnie de sa plus fidèle poupée Kururu, Cornet va partir à l'aventure pour sauver le prince Ferdinand enlevée par la cougar sorcière Marjoly.

J'avais lu nombre d'avis au sujet de ce jeu avant de le lancer. Il s'adresserait aux petites filles avec un challenge proche du néant, une féerie et une mièvrerie sans pareilles, et j'en passe. Mon constat personnel, c'est qu'on est beaucoup plus près d'un Suikoden que d'un Candy-like. Le second degré typique de NIS est bien là, avec une écriture plutôt fine et des persos plus attachants qu'un fer à souder, pour renverser les codes à tout va. Et comme le jeu s'inspire des contes de fées, les événements sont évidemment pessimistes, même si on ne s'y attend pas devant le ton très léger et comique du début de jeu.

La plus forte ressemblance avec la série de Konami est le recrutement des Puppets, disséminées aux quatre coins du monde, avec des conditions d'obtention parfois absurdes. De plus, elles ont toutes droit à une courte quête annexe aux conditions encore plus absurdes, qui débloquent toutes un pouvoir superflu, mais qui enrichissent le background. Et ça continue avec le gameplay de la version DS, qui ressemble à s'y méprendre à du Suikoden. Le tour-par-tour le plus basique qui soit, sans aucune stratégie ou nuance, sauf contre les boss où Cornet nous arrose de soins. Il suffit de blinder son équipe des meilleurs attaquants physiques, et on ne craint rien ni personne. Je n'ai été en difficulté que deux fois de tout le jeu : une où j'avais entamé un donjon bien en avance sur l'histoire, et une sur le donjon final où j'ai mangé trop de critiques à la suite.

On ajoute pêle-mêle un level design atroce, du Zelda 1 en mal fait, des chansons très inégales où l'exceptionnel (Let's Go On et Evil Queen) côtoie le bâclé, des graphismes corrects-plus, et on aura fait le tour.

Clairement pas un titre que je recommande, mais que j'ai quand même apprécié de faire pour son contenu en tant qu'oeuvre, si ce n'est en tant que jeu.

Dans le sujet : Les Rpg Finis

28 November 2019 à 21:32

Terminé Disgaea 5 Complete, en 84h.

Côté gameplay, pas de problème, on a sans doute l'apogée de la série. Il n'a gardé que le meilleur de chaque épisode, sans distinction, plus des ajouts logiques et pertinents. L'équilibrage typique de la série est là, les heures d'IW aussi, les attaques abusives à foison et j'en passe... Vraiment, NIS a très bien identifié son coeur de cible, et il lui en donne pour son argent. Si on aime ces statistiques plus exagérées que des performances de porno, et des dégâts plus invraisemblables qu'un orgasme de féministe* alors Disgaea 5 est un must-have. Disgaea 4 a donné la direction, Dimension 2 a pavé le terrain, il n'avait plus qu'à flécher le parcours.

*c'est de l'humour

Côté scénario, par contre, c'est nul. Une histoire de vengeance et d'amour classique à en crever, passe encore, des personnages sans aucune saveur, admettons, des dialogues génériques sans intérêt, ça va de paire, mais le tout traité avec un tel sérieux et un premier degré ahurissant, ça, j'accepte pas. Tout ça, c'est dur à accepter, pour une série qui a fait son beurre sur le second degré et le brise-codes, avec des histoires assez subtiles et des personnages riches. En la matière, même Disgaea 2, pourtant réputé comme le moins bon, a l'air aussi profond que Xenogears.

Ah, et inutile de préciser, les graphismes sont une honte, et l'OST est plus fade qu'un verre d'eau. Les seules bonnes musiques viennent des DLC (rien que d'avoir One Hundred Roses et Martyr's March, c'est un plaisir).

C'est toujours concept qu'un jeu "cérébral" dans son gameplay, choisisse d'être décérébré au possible dans l'enrobage qui devrait nous donner envie de nous investir. Impossible donc de lui donner une note unique, je dirais donc 17/20 pour le gameplay, et 4/20 pour tout le reste.